La tournée des zaouïas de Chakib Khelil tourne au cauchemar. Passée la surprise, la résistance à cette mascarade mystico-politique s’organise.

La zaouïa El Hamlaouiya de Téléghma, dans la wilaya de Mila, a signifié un refus catégorique de recevoir l’ancien ministre de l’Energie, mettant en avant son caractère apolitique et exclusivement religieux. Ainsi débouté, Chakib Kheli a du se rabattre sur des zaouïas de la région sans aura.

A Azzazga, dans la wilaya de Tizi Ouzou, la population de Cheurfa N’Bahloul, siège d’une des plus importantes zaouïas de Kabylie, est en état d’alerte maximum, suite à des informations faisant état d’une probable visite de Chakib Khelil. Tout a commencé vendredi dans la soirée, quand une délégation est venue d’Alger, en compagnie de cadres de la wilaya, pour préparer cette visite. Simultanément, un important dispositif de sécurité a été déployé ne laissant aucun doute sur la venue de celui que la rue appelle désormais « zaouiyaman ».

Ayant eu vent de la démarche, les villageois se sont organisés pour empêcher coûte que coûte la provocation. Les entrées du village sont scrutées par des comités de vigilance.

Pour l’heure, nos ne savons pas encore si Chakib Khelil compte maintenir sa virée dans la zaouïa de Sidi Behloul au risque de déclencher des affrontements aux conséquences incalculables.

En tout cas, cet épisode lève le voile sur la participation directe d’institutions de l’Etat à la tournée des zaouïas de Chakib Khelil. A quel dessein?

A.F.