Deux marches sont organisées, aujourd’hui mercredi 20 avril, à Tizi-Ouzou, dans le cadre de la célébration du Printemps berbère. L’une conduite par le RCD à la tête de laquelle on retrouve  Mohcine Belabbas, (SG) du RCD, et Saïd Saâdi, et l’autre par le MAK chapeauté par Bouaziz Ait Chebib président du mouvement. Ces deux manifestations pacifiques véhiculent deux visions politiques distinctes.

Des emblèmes du MAK, des étendards amazighs ainsi que le drapeau national sont arborés par les marcheurs devant l’entrée de l’Université Mouloud Mammeri par une foule constitués essentiellement de jeunes.

Les organisateurs des deux manifestations se sont mis d’accord pour que les deux marches soient conduites séparément. C’est le RCD qui entame la marche sur le trajet séparant l’université Mouloud Mammeri et le centre-ville de Tizi-Ouzou, suivi une demi-heure après par le MAK.

Les mots d’ordre sont, cela dit, diamétralement opposés. Le RCD réclame à travers son action  une officialisation «pleine, entière et effective de la langue amazighe» et «la levée de toute interdiction sur les activités politiques et le maintien des projets socio-économiques programmés».

Le MAK escompte, quant à lui, faire de cette marche une démonstration de force pour conforter son fantasme de « première force politique en Kabylie ». La revendication majeure n’est rien de moins que l’autodétermination de la Kabylie.

Massi M.