Après des mois de vacance, l’Autorité de régulation de l’activité audiovisuelle (ARAV) va être, de nouveau, réactivée. Son nouveau président, Zouaoui Benamadi, ex-directeur général de la Radio nationale, sera installé,  lundi, indiquent plusieurs sources concordantes.

En plus du président, d’autres membres de l’ARAV vont probablement être désignés à cette occasion. Des noms comme le journaliste de la télévision publique, Lotfi Chriet, Zahir Ihaddadène, Abdelmadjid Merdaci et Aicha Kassoul circulent parmi les probables membres cet organisme.

L’ARAV est prévue dans la loi sur l’activité audiovisuelle adoptée en 2014. Un président, Miloud Chorfi, a même été nommé à sa tête. Mais aucun autre membre n’a été désigné, rendant le travail de l’autorité inefficient. Chorfi a tenté de rappeler à l’ordre certains responsables de chaînes, mais en vain. L’ancien vice-président de l’APN ne disposait d’aucun pouvoir puisque la quasi-totalité des télévisions est domiciliée à l’étranger.

Le champs audiovisuel privé compte théoriquement une soixantaine de chaînes. Mais elles sont toutes de droit étranger. Car, les décrets d’application de la loi sur l’audiovisuel ne sont pas prêts, ce qui rend tout agrément à une chaîne de télévision privée impossible. Le cahier des charges devant réguler cette activité est prêt. Mais seule l’ARAV peut le mettre en application.

Essaïd Wakli