Le groupe HSBC évalue actuellement ses opérations concernant ses filiales en Algérie, en vue d’un retrait du marché national. Des sources impliquées dans ces opérations affirment que son départ est imminent.

C’est le géant des médias américains Bloomberg qui a révélé cette information, citant des sources poches de ce dossier ayant requis l’anonymat, selon lesquelles le groupe bancaire britannique serait en train d’évaluer ses opérations en Algérie et pourrait quitter le pays, dans le cadre d’une stratégie visant à se repositionner sur ses marchés les plus rentables.

Advertisement

Cela dit, les responsables du groupe restent très discrets sur cette question refusant toute déclaration confirmant ou infirmant l’information. Par ailleurs, la compagnie poursuit toujours sa stratégie visant à l’extirper des marchés dits «à moindre rentabilité» pour la replacer dans des zones plus avantageuses. Le groupe a éliminé 87 000 postes d’emploi pour satisfaire les exigences de cette nouvelle stratégie, une action qui est en même temps salutaire pour le conseil d’administration et catastrophique pour les employés.

L’Algérie se trouve en effet parmi les pays ayant généré le plus faible revenu d’intérêt pour la banque, un élément déterminant qui favorisera le retrait de ce groupe du territoire national, surtout si on considère les répercussions néfastes qui seront générées par les révélations prochaines concernant l’implication du groupe dans le scandale Panama Papers.

Massi M.