Le FMI a formulé un certain nombre de recommandations à l’adresse de la Banque d’Algérie notamment, en prévision d’une période difficile ou la banque centrale se doit de «calibrer soigneusement sa politique monétaire de manière à prévenir les pressions inflationnistes potentielles». 

Le FMI a estimé que la crise que traverse actuellement l’Algérie risque de perdurer en l’absence d’une alternative réelle à l’économie rentière. «L’effondrement des cours du pétrole a mis au jour des vulnérabilités présentes de longue date dans une économie dirigée par l’État», peut-on lire dans l’évaluation publiée jeudi, en conclusion des consultations de 2016 au titre de l’article IV avec l’Algérie. Il a également été souligné que l’économie nationale est «excessivement tributaire des hydrocarbures. Jusqu’à présent, le choc des cours du pétrole n’a eu qu’un effet limité sur la croissance économique, mais les soldes budgétaires et extérieurs se sont considérablement détériorés».

Pour sauver la situation, le FMI propose de rétablir les équilibres macroéconomiques et de mener un assainissement soutenu des finances publiques à moyen terme. Des réformes structurelles sont également nécessaires selon le FMI, et ce pour diversifier l’économie algérienne asphyxiée par une situation due à un modèle économique fragile. Les alternatives existent et l’Algérie peut encore se relever, semble vouloir indiquer le rapport qui estime, par ailleurs, que les mesures proposées doivent être mises en application dans l’urgence pour éviter une inflation insoutenable.

Le FMI recommande de maîtriser, dans l’urgence, les dépenses courantes, poursuivre la réforme des subventions sans pour autant causer préjudice aux franges les plus vulnérables de la population. «Il faut mobiliser davantage de recettes hors hydrocarbures», affirme le FMI, ajoutant qu’il faut accroître l’efficacité des investissements publics et renforcer le cadre budgétaire.

En somme, la Banque d’Algérie se doit de « calibrer soigneusement sa politique monétaire de manière à prévenir les pressions inflationnistes potentielles ».

Massi M.

Notez cet article