Entre l’Algérie et la France, rien ne va plus ! Du moins en apparence. Et la sortie étonnante de l’ambassadeur d’Algérie au Cameroun, Merzack Bedjaoui, ne risque pas d’arranger les choses. Ce diplomate a sévèrement taclé Paris lors de son intervention au café politique du Club des journalistes politiques du Cameroun.

 « L’Algérie n’a pas besoin de la France, c’est ce pays qui a besoin de l’Algérie », a fait savoir l’ambassadeur algérien qui a accusé la France d’être derrière la déstabilisation de toute l’Afrique subsaharienne. « Si la guerre en Libye n’avait pas eu lieu, Boko Haram n’aurait pas existé », a relevé Merzack Bedjaoui en allusion à la campagne militaire menée par Nicolas Sarkozy. « L’Algérie a fermement combattu le terrorisme à travers la déradicalisation. Elle est très importante. L’Algérie a eu une attitude claire dès le début. Certains pays étrangers ont mis la pression sur l’Algérie, mais elle a refusé d’effectuer tout paiement », analyse notre diplomate qui insisté sur la position de l’Algérie concernant le versement de rançons qui financent l’expansion des groupes terroristes en Afrique.

Advertisement

L’ambassadeur algérien n’a pas manqué aussi de parler de l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika. « On ne dirige pas un pays avec les pieds, mais avec sa tête. N’écoutez pas ce qui est propagé par les pays étrangers. En Allemagne, le ministre de l’Économie est sur un fauteuil roulant; aux États-Unis, Roosevelt qui a fait quatre mandats avait des soucis de santé, il en est de même de l’ancien Président d’un pays dont je ne vais pas citer ici. Jacques Chirac a fait deux mandats et ‘‘menti’’ sur sa santé. Mais quand c’est chez nous, ils affirment que c’est un drame », dénonce enfin Merzack Bedjoui dont les propos ont été largement relayés  par les médias camerounais.