La famille de Chakib Khelil est encore une fois éclaboussée par des scandales financiers. Najat Arafat, son épouse, a été citée, hier mardi, dans de nouvelles révélation dans le cadre de l'affaire des «Panama papers». 

Malgré ses efforts pour se placer en victime, l’ex-ministre de l’Energie Chakib Khalil a été rattrapé par les des faits. Après avoir certifié à plusieurs reprises que ni lui ni sa famille ne sont impliqués dans des scandales financiers, de nouvelles révélations ont été faites, hier, par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), impliquent Mme Khelil dans des affaires de blanchiment d’argent par le truchement de sociétés-écrans. En effet, les documents révèlent que Najat Arafat était, en 2005, à la tête de  deux sociétés offshore, Carnelian Group Inc. et Parkford Consulting Inc., basées au Panama.  Ces deux sociétés fictives servaient de paravent à des opérations de blanchiment d'argent en Suisse.

Advertisement

Ces sociétés-écrans ont été cédées en 2007, à Omar Habour, un franco-algérien connu pour être un ami proche de la famille Khelil.

Massi Mansour