L’institut de sondage français Ipsos a dévoilé, mardi 24 mai, les premiers résultats d »une étude, intitulée «Jeunesses africaines», sur les aspirations et les comportements de consommation des Africains de 15-24 ans, soit 220 millions d’individus.

Le but du sondage mené dans 14 pays africains (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Afrique du Sud, Nigéria, Ghana, Kenya, Tanzanie, Ouganda, Zambie, Mozambique, Angola, Côte d’Ivoire), est d’établir une cartographie générale qui peut servir de référence pour les entreprises désireuses de s’installer ou de se développer sur le continent. Certains indices laissent entrevoir une jeunesse africaine optimiste, malgré un avis négatif sur le rôle des élites dirigeantes. Ainsi, 81% des jeunes africains sont optimistes pour leur avenir personnel, et 63% pour l’avenir de leur pays. Leurs principales préoccupations sont le chômage (69%), l’augmentation du coût de la vie (63%) et la corruption (59%).

Abordant l’aspect consommation, l’étude a démontré que les produits les plus convoités par les 15-24 sont les aliments et boissons (43%), les vêtements (38%), et la communication (Internet et téléphonie/33%).

On apprend également que les jeunes africains passent, en moyenne, deux heures et 20 minutes par jour sur Internet et 44% d’entre eux déclarent être influencés par les réseaux sociaux dans leurs décisions d’achat.

Loin de représenter une référence qui peut servir de base de données préalable à des projets de développement, cette enquête est un parfait manuel pour les grandes firmes étrangères qui se servent de ce genre d’études pour cibler des marchés ou la consommation, qui est déjà considérable, est susceptible d’être optimisée pour enregistrer plus de profits.

Massi M.  

Notez cet article