Il ne se passe pas un jour sans que des affaires de corruption ou de détournement de deniers publics ne soient rapportés par la presse. Les révélations les plus fracassantes et les accusations les plus gravissimes font le tour du web et des plateaux de télévision. 

Des dossiers et des documents sont diffusés. Des noms de ministres, hauts responsables et richissimes hommes d’affaires sont cités. Et pourtant, aucun juge algérien ne s’auto-saisit et aucun tribunal ne tente d’organiser un procès pour faire éclater la vérité. L’impunité est totale et le mystère demeure entier. Comme si le vol et le trafic d’influence n’étaient guère des délits en Algérie, ces affaires passent sous le nez des juges algériens dans l’indifférence générale. Et pendant ce temps, les faits-divers sont traités avec une réactivité étonnante et médiatisés à outrance par un secteur de la justice qui semble se focaliser uniquement sur les voleurs de téléphones portables, de bijoux ou des disputes de voisinage. Le petite délinquance fait de l’ombre aux grosses affaires de corruption face auxquelles les juges algériens restent impuissants.

Dans ce numéro de l’émission “Abdou Sans Tabou”, animé par notre Rédacteur en Chef, Abdou Semmar, ce sujet est exploré de fond en comble à travers des exemples précis et des dossiers délicats qui font l’actualité. Voici la vidéo qui retrace l’intégralité de cette émission :