Le tribunal correctionnel de Paris a fixé, hier, la date du procès de diffamation intenté par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, contre le quotidien français «Le Monde», au 20  juin 2017, soit dans plus d’une année. C’est ce qui a été rapporté par l’AFP, qui précise que cette décision a été prise à l’issue d’une audience ayant regroupé les avocats des deux parties.

Le tribunal de Paris a ajouté que d’ici là, il y aura «quatre audiences de relais», une par trimestre, pour «le maintien de l’assignation». Le juge ayant fixé la date de ce procès a indiqué que le procès durera une heure et demie. Les avocats de la partie algérienne sont Chems-eddine Hafiz et Basile Ader. Le Monde, lui, est représenté par Christophe Bigot. Celui-ci a estimé que ses vis-à-vis n’ont pas encore «mûris leurs arguments».

Rappelons que le 5 avril dernier, le quotidien français, traitant les informations divulguées dans l’affaire du «Panama Papers», a titré en Une «L’argent caché des Chefs d’Etat». La photo de Bouteflika, avec celles de certains chefs d’Etat, illustrait l’article en question. Ce qui avait fortement déplu aux responsables algériens qui, dès le lendemain, ont déposé plainte pour diffamation.

Notons qu’Abdelaziz Bouteflika n’avait nullement été cité dans cette affaire. Seul son ministre de l’Industrie, Abdeslam Bouchaouareb, l’avait été.

Elyas Nour

Notez cet article