Il n’est un secret pour personne que la compagnie aérienne nationale, Air Algérie, ne fonctionne pas selon les standards internationaux, faisant souvent dans le favoritisme et les passe-droits. Les passagers du vol AH 2015, du dimanche 5 juin encours, en provenance de Barcelone (Espagne), l’ont appris à leurs dépens.

Selon le quotidien Liberté, les nombreux voyageurs qui étaient à bord de cet appareil ont été contraints d’attendre 30 minutes, à l’intérieur de l’avion, après son atterrissage à l’aéroport Houari Boumediène d’Alger. Les portes étaient restées fermées alors que l’appareil était complètement à l’arrêt, et les voyageurs présents souffraient de la chaleur. Et pour cause, à bord de l’avion, le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, attendait, sans se soucier des ses concitoyens, l’arrivée de sa voiture qui devait le récupérer au pied de l’appareil.

Selon la même source, l’ancien ministre du commerce, Amara Benyounes, était aussi à bord de l’avion. Il a dû attendre comme tous les autres voyageurs. Ce n’est pas la première fois que des voyageurs subissent des désagréments à cause de la présence d’un haut responsable, ou même d’un de leurs parent, à bord d’un appareil d’Air Algérie.

Elyas Nour