Même durant le mois de ramadan, le mouvement social maintient la pression. Après la grève des vétérinaires, qui se poursuit pour le troisième jour, c’est autour des travailleurs des communes de décréter une nouvelle grève pour la fin du mois en cours.

La Fédération des travailleurs des collectivités locales, qui dépend du Syndicat national des personnels des administrations publiques, a annoncé qu’elle entre en grève, les 27, 28 et 29 juin en cours. La décision intervient dans le cadre des débrayages cycliques qu’organise ce syndicat depuis quelques mois pour rappeler, en réalité, des revendications anciennes. Ces revendications sont avant tout socio-professionnelles.

Les travailleurs des communes, dont le nombre est d’environs 800 000, demandent notamment une hausse des salaires, une augmentation des allocations familiales à 2000 DA, au lieu de 300 DA par enfant actuellement, et celle de la femme au foyer à 8000 DA par mois, contre 800 DA actuellement.

En plus des revendications socio-professionnelles, les travailleurs des communes demandent à pouvoir bénéficier du libre exercice de l’activité syndicale.

Le travailleurs des communes ont des salaires souvent inférieurs à leurs collègues de la Fonction publique. Un grand nombre d’entre eux touchent des salaires en dessous du Salaire minimum garanti (SNMG).

Essaïd Wakli

Notez cet article