C’est en l’absence de la presse privée que l’autorité de régulation de l’activité audio-visuelle a été installée lundi matin par le premier ministre, Abdelmalek Sellal. L’équipe de Zouaoui Banhamadi est donc en place. Elle commence son travail dès aujourd’hui. Elle est composée de 9 membres, comme cela est prévu par la loi. Il s’agit de Zouaoui Benhamadi, Zahir Ihaddaden, Zaïm Khenchelaoui, Abdelmalek Houyou, Ahmed Bayoudh, Aïche Kassoul, Zouina Abdarrezak, El Ghouti Mekamcha et Lotfi Chriet. De cette composition, seuls deux sont journalistes.

A peine installée, la commission de régulation de l’activité audio-visuelle, sensée être indépendante, a subi une première injonction de la part du premier ministre. Abdelmalek Sellal a en effet menacé de sanctionner « la diffamation ». «Les actes de diffamation, de chantage, et d’appels à la violence et  à la fitna seront également et fermement combattus et sanctionnés », a en effet affirmé Abdelmalek Sellal qui ne s’est pas donné la peine de définir c’est quoi la « diffamation ».

Plus loin, le premier ministre insistera que la loi « sera strictement appliquée ». La loi sur l’activité audiovisuelle « sera strictement appliquée pour protéger les droits des journalistes et des artistes qui travaillent et travailleront dans ce domaine, veiller au respect de la législation et de la réglementation en vigueur et sévir en cas d’atteinte à la mémoire collective aux référents religieux, à l’identité  nationale ou à la cohésion de la société algérienne », a-t-il affirmé.

« Aussi, nous attendons de ses membres une action volontariste pour  veiller au libre exercice de l’activité audiovisuelle, à l’impartialité, à  l’objectivité, à la transparence, à la promotion des langues nationales, et au respect des valeurs et des principes de la société algérienne », a ajouté  le Premier ministre.

L’ARAV sera chargée d’être le gendarme de l’audiovisuel. Elle délivrera également les agréments aux chaînes de télévisions désireuses de s’installer en Algérie.

Essaïd Wakli

Notez cet article