Revue de Presse/Connaissez-vous Milovan Rajevac, le nouveau sélectionneur des Verts ?

0
283

Trois mois après le départ de Christian Gourcuff, l’Algérie a enfin trouvé un nouveau sélectionneur en la personne de Milovan Rajevac.

L’ascenseur émotionnel n’est pas une expression algérien, mais la population locale maîtrise sans doute plus que n’importe où ailleurs la définition de ce terme. Les fans de l’équipe nationale viennent d’en subir un parfait exemple. Alors que l’Algérie cherchait désespérément un successeur à Christian Gourcuff, démissionnaire au mois de mars dernier, les noms les plus prestigieux ont circulé dans les médias locaux.

Giovanni Trapattoni, Marc Wilmots, Marcelo Lippi, Fatih Terim et Cesare Prandelli ont tour à tour été annoncés chez les Fennecs. Ce dimanche, la Fédération Algérienne de Football (FAF) a annoncé avoir mis la main sur l’oiseau tant désiré. Son identité : Milovan Rajevac, un technicien serbe de 62 ans, ancien défenseur de l’Étoile Rouge de Belgrade.

365/365

Un manager totalement méconnu en Algérie où le football se vit pourtant 365 jours par an. Une surprise à laquelle ne s’attendaient certainement pas les amoureux de l’EN. Le communiqué publiait sur le site internet de la FAF, il y a quelques jours, était en quelque sorte un signal d’alarme. N’attendez pas un premier choix, seul un second couteau acceptera le challenge de la meilleure équipe africaine au classement FIFA.

« À ce jour, aucun entraîneur n’a été recruté pour l’équipe nationale A. Les techniciens de très haut niveau sont excessivement chers. Les responsables de la fédération prendront leur temps pour trouver l’entraîneur qui permettra à l’équipe nationale d’atteindre ses objectifs qui sont les suivants : au moins une place de demi-finaliste à la CAN 2017 et une qualification en Coupe du monde 2018 », pouvait-on lire sur www.faf.dz.

Le Ghana, son fait d’arme

On ne s’attendait donc pas à un revirement si brutal. En quelques heures, l’Algérie a tracé son futur programme après le tirage au sort du troisième tour des éliminatoires du Mondial 2018 qui lui a réservé le Cameroun, le Nigeria et la Zambie comme futurs adversaires, puis la désignation d’un nouveau patron technique. Un manager sans activité depuis son départ de la sélection qatarie en 2011. Soit cinq années passées loin des terrains.

Avant cela, il avait notamment dirigé Borac Caçak, l’Étoile Rouge de Belgrade et le Vojvodina Novi Sad. Son seul fait glorieux s’est finalement déroulé entre 2008 et 2010, au Ghana, où il a remporté le championnat du monde des moins de 20 ans en 2009 avant de diriger les Blacks Stars. À son actif : une finale de Coupe d’Afrique, perdue aux prolongations devant l’Égypte, puis un quart de finale de Coupe du monde avec une conclusion épique dont tout le monde se souvient face à l’Uruguay de Luis Suarez.

Cliquez pour lire la suite sur le site de la source originale