La session spéciale du Bac 2016, prévue du 19 au 23 juin en cours, se tiendra, selon toute vraisemblance, sous très haute surveillance. Des militaires, chapeautés par les services de renseignement, sont appelés à veiller au bon déroulement des épreuves.   

Le quotidien El-Khabar, citant une source ayant requis l’anonymat, révèle que tout le processus sera encadré par les services de renseignement. Ainsi, les sujets de cette session spéciale seront imprimés, empaquetés, acheminés et distribués sous le regard vigilant des éléments des services.  Le gouvernement veut s’assurer que les sujets n’atterrissent pas entre les mains des candidats, car il est clair que c’est la crédibilité, déjà écornée, de cet examen qui est en jeu.

Ce dispositif s’inscrit parfaitement dans la logique du discours prononcé par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dimanche, à l’ouverture de la tripartite. En usant de termes très sévères pour qualifier le scandale de la divulgation des sujets du Baccalauréat pour sa session 2016, il avait évoqué une atteinte à la sécurité nationale ainsi qu’un complot visant la ministre de l’Éducation.

Massi M.