Le Chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, a promulgué, comme chaque année à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance, un décret portant mesures de grâce et de remise de peine à l’endroit de certaines catégories de citoyens. Sont concernés par cette grâce les personnes ayant passé avec succès des examens, scolaires, universitaires ou de formation professionnelle.

«Les personnes détenues et non détenues condamnées définitivement et les personnes détenues condamnées définitivement qui, à l’issue d’une formation durant leur détention, ont subi avec succès des examens scolaires, universitaires ou de formation professionnelle au titre de l’année 2015/2016», indique-t-on dans un communiqué.

Néanmoins, «ne sont pas concernées par ces mesures de grâce et de remises de peines, les personnes condamnées définitivement pour actes terroristes subversifs, assassinat, homicide volontaire, enlèvement, viol, attentats à la pudeur commis sur mineurs avec ou sans violence, détournement de deniers publics ou privés,  corruption, contrebande, contrefaçon de monnaie, et trafic de stupéfiants», ainsi que «les personnes récidivistes condamnées pour vols, et vols qualifiés, ou pour coups et blessures  avec port d’arme».

Notons qu’à l’instar de l’année dernière, la Présidence n’a pas donné le nombre de prisonniers ayant bénéficié de cette grâce.

Elyas Nour