En grève de la faim depuis plus d’une semaine, le journaliste Mohamed Tamalt écroué au pénitencier d’El-Harrach dénonce des harcèlements et des tentatives de déstabilisation.

Placé sous mandat de dépôt depuis le 27 juin pour atteinte au président de la République et à l’institution militaire, le journaliste Mohamed Tamalt qui observe une grève de la faim depuis plus d’une semaine se plaint de mauvais traitement, rapporte le quotidien El Khabar.

Selon le frère du journaliste, le détenu lui a appris lors d’une visite qu’il faisait l’objet de tentative de déstabilisation qui le mettent dans une situation délicate. Il a indiqué que les gênes occasionnées par des opérations délibérées de tapage l’empêchent de dormir et accentuent son affaiblissement.

Massi M.