Le ministère du Commerce veut réagir contre certains concessionnaires automobiles qui ont augmenté les prix des véhicules déjà commandés.

La directrice de la coopération et des enquêtes spécifiques au ministère du Commerce, Mme Dounia Kaci-Chaouech, a indiqué que le ministère va procéder à un contrôle suite à des plaintes de citoyens. Ces derniers ont vu les prix augmenter entre le moment de la commande et celui de la livraison. «Il s’agit de l’une des infractions les plus importantes dans cette activité. Après avoir appelé, dans une note, les concessionnaires à respecter les engagements contractuels pris à l’égard de leurs clients, nous suivons l’application de cette note à travers une évaluation qui est en cours», a déclaré cette même responsable.

Les concessionnaires qui ont usé de cette pratique évoquent, entre autres, la dévaluation du dinar pour la justifier. Ceci n’est toutefois pas près de convaincre le ministère du Commerce qui s’en tient au respect strict de la loi.

Le mois dernier, une note a déjà été adressée à l’Association des concessionnaires automobiles et leurs agents agréés d’Algérie (AC2A) dans laquelle il leur est rappelé la nécessité de respecter la réglementation en matière des prix. Mme Dounia Kaci-Chaouech avertit par ailleurs les concessionnaires contre une quelconque velléité de vouloir rompre le contrat dans le cas où le client n’accepterait pas de payer le nouveau tarif. «Si le concessionnaire menace le  client de rompre le contrat de vente au motif qu’il refuse de payer la différence  des prix qu’il lui exige, cela est considéré comme une pratique contractuelle  abusive à l’encontre du consommateur», a-t-elle déclaré.

Il faut noter que les prix des véhicules ont fortement augmenté ces derniers temps. Certains ont carrément doublé. Pour plus d’un, c’est la limitation des quotas qui a poussé les concessionnaires à augmenter leurs prix dans le but de porter à la hausse leurs bénéfices.

Elyas Nour