Avant même l’installation d’une académie, a langue amazighe gagne du terrain. Après avoir traduit la nouvelle constitution dans la langue de Mammeri, le Haut commissariat à l’amazighité (HCA) organise un séminaire pour traduire tous les textes fondamentaux de l’Etat algérien en tamazight. La rencontre se tient depuis ce dimanche au siège de l’agence APS à Alger.

 Pour Si El-Hachemi Assad, le SG du HCA, «l’objectif de la traduction de ces textes fondamentaux de notre pays est une contribution à l’application concrète des dispositions de la Constitution révisée en février 2016 et vise à conforter l’éveil patriotique, la cohésion sociale et culturelle dans toutes ses expressions». Selon lui, «cette langue a connu une avancée considérable depuis le dernier amendement constitutionnel qui l’a élevée au rang de langue nationale et officielle».
 Parmi les textes qui seront traduits dans la langue amazighe, figurent la déclaration de Novembre et la plateforme de la Soummam. Ces textes seront disponibles pour les lecteurs berbérophones et serviront de référence symbolique pour une langue longtemps marginalisée.
Cette initiative permettra également de trancher, par un travail concret, les questions pendantes liées notamment à la problématique de la transcription et surtout la standardisation. Et la traduction de la Constitution est un exemple en la matière.
Essaïd Wakli