Le président de la République devrait prochainement quitter sa résidence ultra médicalisée de Zéralda pour en occuper une nouvelle sur les hauteurs d’Alger. La décision serait motivée par les difficultés auxquelles fait face son frère conseiller pour se rendre à la résidence d’État de Zéralda.         

Cette information a été révélée par l’ex-officier du DRS, Hichem Abboud, qui a fourni de nombreux détails sur cette affaire dans l’une de ses publications sur sa page Facebook.

Hichem Aboud a indiqué dans un article, publié le 9 juin, sur le site Internet de son quotidien Mon Journal et commenté sur sa page personnelle sur Facebook, que la décision d’abandon de la résidence d’État de Zéralda au profit de la villa Idles,  qui est une somptueuse maison mauresque à cheval sur les communes d’El Biar et Ben Aknoun, entre la cité Malkey et les limites sud de la commune d’El Biar, a été prise par Saïd Bouteflika, le frère conseiller du président.

Selon Hichem Abboud, cette décision a été motivée par le caractère urgent des déplacements qu’effectue Saïd Bouteflika à la résidence de Zéralda contrariés par les inextricables embouteillages sur la rocade sud.

Hichem Abboud a également expliqué que la nouvelle demeure présidentielle, située à quelques encablures de la maison de Saïd Bouteflika, a été récupérée par la présidence de la République en 2005 et c’est le décret présidentiel n° 15-270 publié sur le journal officiel en octobre 2015, fixant les limites du périmètre de protection de la résidence présidentielle, qui a attiré  son attention.

Toujours selon l’ex-officier du DRS, le décret portant délimitation géographique de la résidence prévoit un dispositif de sécurité renforcé équivalent à ceux des «sites militaires sensibles».

M.M.