Quatorze personnes ont succombé à la vague de chaleur qui s’est abattue sur les régions sud du pays depuis le début du mois de juillet. Ce sont les malades chroniques et les travailleurs sur chantier qui ont été les plus touchés par la chaleur extrême qui excédé les 50°.   

La plupart des victimes ont été enregistrées dans les Wilayas de Tamanrasset et Adrar où les températures ont dépassé quelquefois les 56°. C’est dans la Daira d’Oulef, à 290 km au sud d’Adrar, qu’a été enregistré le plus grand nombre de victimes. Cinq personnes sont ainsi décédées depuis le début du mois.

Advertisement

À Reggane, trois personnes sont mortes de soif durant le mois de ramadan, des pertes qui viennent s’ajouter à celles enregistrées à Ain Salah, dans la Wilaya de Tamanrasset, où six personnes ont trouvé la mort, parmi lesquelles un jeune ouvrier de 26 ans qui a succombé alors qu’il travaillait sur un chantier de forage appartenant à une société nationale.

Les praticiens de la santé ont relevé, pour leur part, un manque total de préparation du coté des autorités, tirant, par là même, la sonnette d’alarme quant au fait que le nombre de pertes humaines pourrait s’accroître, si les pouvoirs publics ne prennent pas les dispositions nécessaires.

De leur côté, les populations du Sud déplorent également un désengagement de l’État qui n’est pas intervenu pour les aider à traverser cette canicule. Certains d’entre eux ont dénoncé des coupures répétitives d’électricité qui, selon eux, ont contribué à augmenter le nombre de victimes, surtout parmi les malades chroniques.

Massi M.