Tamazight n’est apparemment pas chez elle partout en Algérie. Le directeur du théâtre régional de Guelma a empêché une troupe théâtrale de Tizi-Ouzou de participer aux éliminatoires de du Festival national du théâtre professionnel au motif que la pièce se joue en kabyle.

«Une pièce d’expression berbère n’a pas sa place dans ce festival. Vous avez déjà un festival de théâtre d’expression amazighe à Batna », a indiqué Ali Braoui, qui est également commissaire du Festival national du théâtre professionnel. Selon de nombreux témoignages, la troupe, venue d’Ath-Lahcen, dans la région des Ath-Yenni, ne participera donc pas au festival à cause du niet de ce responsable.

La nouvelle a choqué nombre d’acteurs qui ont dénoncé cette attitude. C’est le cas du réalisateur Okbaoui Chikh qui estime que tamazight doit être «partout chez elle». De son coté, le comédien Reda Amrani a écrit sur sa page Facebook que l’acte du directeur du théâtre de Guelma est «très grave» et qu’en tant qu’Amazigh, il ne doit pas se sentir «indigène» chez lui.

Des associations et coopératives théâtrales de la wilaya de Tizi-Ouzou se sont également réunies pour dénoncer «le zèle et les dépassements dont a fait preuve le commissaire de la présélection du festival du Centre-Est, actuellement directeur du Théâtre régional de Guelma».

Des réactions sont également attendues dans les milieux artistiques et politiques. Acculé, le directeur du Théâtre régional de Guelma aurait expliqué qu’il «a reçu des instructions d’en haut». A vérifier.

Essaïd Ouakli