Le journaliste Mohamed Tamalt ne quittera pas de sitôt la prison. La cour d’Alger a confirmé, ce mardi, en appel, la peine de deux années de prison ferme et 200 000 dinars d’amende. 

Selon des témoins, Mohamed Tamalt, est arrivé, affaibli, dans la salle d’audience. Signe d’une santé décadente, il a été transporté sur un fauteuil roulant. Le journaliste est marqué par 44 jours de grève de la faim qu’il observe à la prison d’El Harrach depuis son incarcération en juin dernier.

Moahmed Tamalt, 42 ans, est mis en détention depuis le mois de juin. Il est accusé d’avoir porté atteinte à des personnalités nationales à travers notamment ses écrits sur son blog et sa page facebook.

Essaïd Wakli

Notez cet article