C’est dans le plus grand silence que s’est achevé le 23 août 2016, la validité du premier lot de licences d’importations du rond à béton et du ciment attribuées aux opérateurs au début de l’année. Cette date marque la fin de la première tranche du quota d’importation pour l’année en cours décidé dans le cadre la Loi des finances (LF) 2016.

Que ce soit pour le rond à béton ou pour le ciment, les licences attribuées aux opérateurs représentaient 60% des quantités prévues par la LF 2016, le reste devant être attribué au second semestre de l’année en cours. Ainsi, pour le rond à béton, seulement 1,2 million de tonnes ont été accordés sur les 2 million de tonnes prévu par les dispositions de la loi.

Pour rappel, les licences d’importation avaient été introduites en fin d’année 2015 par le gouvernement algérien avec pour objectif de freiner l’assèchement des réserves en devises, suite au choc pétrolier. L’entrée en vigueur de ces licences, qui avaient connu un grand retard – initialement prévu pour fin 2015, et seulement délivrées en février 2016 –, avait causé une forte flambée des prix des matériaux de construction au premier trimestre 2016.

Il est à souligner également que les conditions opaques d’attribution de ces licences avaient mené au limogeage du directeur du commerce extérieur, Lyes Ferroukhi. Cependant, de nombreux acteurs du secteur des matériaux de construction s’accordent à dire que les licences n’ont pas été délivrées sur des critères objectifs. Certains opérateurs ayant été largement privilégiés créant ainsi des situations de monopole, et d’autres n’ayant aucune expérience ou références ayant obtenu une licence.

A la fin de la première tranche d’attribution de licence, le 23 août dernier, aucune annonce officielle n’est venue informer les opérateurs de la suite de la procédure des licences pour 2016. Si bien que plusieurs sources laissent entendre que l’aggravation du déséquilibre budgétaire de l’Etat va mener à l’annulation de l’attribution des quotas restant pour le deuxième semestre 2016, et que les prochaines licences ne seront attribuées qu’en 2017.

Il n’en a pas fallu plus pour que les prix sur le marché du rond à béton prennent de l’altitude, avec des augmentations de l’ordre de 10 à 15% ces 10 derniers jours seulement, dans un marché qui reste dépendant de l’importation vu que les capacités de production nationale ne couvrent toujours pas les besoins de notre pays.

Ces augmentations inquiétantes laissent présager des jours sombres pour le secteur du BTP, déjà déstructuré depuis le début de l’année par des mesures aventureuses et de graves retards de paiement pour les chantiers publics. Plusieurs entrepreneurs craignent de ne pas pouvoir respecter les coûts de leur projet face à ces augmentations et de devoir abandonner. Tandis que les projets publics, déjà largement affectés par les retards de paiement du trésor algérien, risquent de connaitre des situations encore plus délicates. 2017 sera-t-elle l’année de l’effondrement du secteur du BTP?

En attendant, ni le ministère du Commerce ni aucune source officielle ne s’est exprimée sur la question et la spéculation continue de faire rage.