L’Arabie saoudite a décidé de réviser à la hausse les frais de visa pour les étrangers désireux d’effectuer le pèlerinage du hadj et de la omra. Selon toute vraisemblance, les autorités saoudiennes perçoivent les pèlerins comme le moyen le plus efficace pour rééquilibrer son déficit budgétaire né de la chute des prix de l’or noir.   

La décision a été adoptée, hier lundi, lors d’un Conseil des ministres saoudien, rapporte le site marocain Yabladi. Une série de mesures visant à rééquilibrer le budget de l’État ont été mises sur la table, parmi lesquelles un rééchelonnement des recettes fiscales hors hydrocarbure, notamment à travers l’augmentation des frais de visa.

Cette initiative a été présentée par les ministères des Finances, de l’Économie et de la Planification et prévoit une augmentation substantielle des frais de visa de l’ordre de 2 000 rials saoudiens, soit 58 736,71 dinars pour une seule entrée sur le territoire saoudien.

Il semblerait que le régime saoudien ait décelé le bon filon pour atténuer les effets dévastateurs d’une crise mondiale dont il est le géniteur et la victime. Subissant un déficit de 100 milliards de dollars suite à la chute des prix du pétrole, le royaume wahhabite compte recouvrer une partie de ses pertes par le recours à la poche des pèlerins qui se rendent, par millions et à longueur d’année, sur les lieux saints de l’islam.

Massi M.