La réhabilitation de la Casbah d’Alger  est un rêve qui ne se réalise toujours pas. Les récents chiffres dévoilés par le ministère de la Culture démontrent que beaucoup d’argent a été dépensé pour redonner vie à ce patrimoine incontournable de notre pays. 

Mais, sur le terrain, le résultat est quasiment nul. Lundi, le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, a révélé que la mise en valeur de la Casbah d’Alger a bénéficié d’une enveloppe financière de 90 milliards de Dinars, dont 24 alloués en 2013, soit l’équivalent de près de 600 millions d’euros.

Un immense budget qui aurait dû permettre à la médina séculaire de renaître de ses centres. Malheureusement, la réalité fut autre puisque la vieille cité, où se côtoient bâti colonial et douirettes, connaît régulièrement des détériorations dont les dernières remontent au séisme d’août 2015.  Tous les travaux menés depuis 2006 n’ont pas obtenu l’effet escompté et cet inestimable patrimoine se meurt sous nos yeux.

Désormais, le ministère de la Culture se désengage de ce dossier délicat. Il sera géré par les services de la wilaya d’Alger. Une nouvelle qui n’est pas forcément réjouissante car la gestion d’un tel patrimoine requiert une expertise des plus pointues.

La wilaya d’Alger est-elle outillée pour une telle mission ? A cette question, Azzeddine Mihoubi ne fournit aucune réponse. Il n’explique, d’ailleurs, pas comment ces 600 millions d’euros ont été dépensés alors que la Casbah sombre jour après jour dans la décadence.