La violence dans les stades algériens prend des proportions dramatiques. Plusieurs graves incidents ont marqué les premiers matchs de la saison 2016/2017 qui vient juste de démarrer. Samedi soir, de violents affrontements ont opposé les supporters du Mouloudia d’Alger à ceux de l’USM EL-Harrach. 

Les images sont effrayantes et témoignent d’une violence inouïe. Les stadiers du complexe du 5 Juillet ont été dépassés par les événements et n’ont rien pu faire pour empêcher ces bagarres. Depuis le retrait progressif de la police des stades de football et leur remplacement par des stadiers recrutés sans aucune formation, les rixes s’invitent à toutes les rencontres. Samedi soir, les supporters des deux clubs algérois ont failli saccager toute l’enceinte du 5 juillet dont la rénovation a coûté pas moins de  six (6) milliards de DA.

Cette nouvelle vague de violence relance plus que jamais des questions sur le bien-fondé du retrait des policiers de nos stades. Tout comme il est curieux que l’on ait pas fait appel à des sociétés spécialisées en gestion des foules comme cela se fait partout dans le monde. Le foot algérien est plus jamais malade de la violence.

 

Notez cet article