Agressée et brûlée vive en pleine rue par un homme à El-Khroub, le sort tragique d’Amira Merabet a bouleversé de nombreux Algériens. Alors que son agresseur est toujours en fuite, des collectifs de défense des droits des femmes ont organisé ce samedi des rassemblements à Alger, Oran et Constantine pour dénoncer cette horrible violence qui s’exerce, dans l’indifférence générale, contre les femmes. 

 « C’est devenu un rituel… Chaque année réunis à la même place pour dénoncer la violence. Déluges de sang… Cris de rage… De haine… De hogra.  Jusqu’à quand le silence ?  Une fleur… Une bougie… On leurs rends hommage pour que leurs noms ne sombrent pas dans l’oubli. A toutes ces victimes sans nom, sans histoire… À toutes les femmes violentées, ou pas… Demain ce sera peut être votre tour. Levez-vous ! Indignez-vous. Arrachons notre liberté », lit-on dans l’appel lancé par le collectif féministes algériens en mouvement qui est à l’origine de ces actions publiques.

amira-2

Réunis devant la Grande Poste, plusieurs dizaines de manifestants ont posé des bougies à la mémoire d’Amira et de toutes les femmes victimes des violences sexistes. A travers cette protestation pacifique, ces manifestants espèrent une réelle prise de conscience nationale pour mettre fin aux violences faites aux femmes.