L’Algérie, l’ennemi discret d’Israël ? C’est du moins ce qu’affirme le journaliste israélien Jacques Bennilouche, correspondant en Israël de SLATE et de nombreux autres médias. Réputé pour être un fin connaisseurs des rapports qu’entretient Israël avec les pays arabes, Jacques Benillouche tient aussi un blog influent où il fédère plus d’un demi million de lecteurs 

Et c’est, justement, l’une de ses analyses publiées sur son blog qui a retenu l’attention de plusieurs internautes algériens. Intitulée « L’Algérie : l’ennemie discrète d’Israël », Jacques Benillouche explique comment Israël suit de près, et avec beaucoup d’appréhension, le développement militaire de l’Algérie.  « Israël ne néglige donc pas la puissance de l’armée algérienne qui avait fait preuve d’une impressionnante logistique en étant capable en 1973 d’amener sur le front, en quelques jours, une brigade qui avait freiné l’avance de Tsahal. Il considère aujourd’hui l’Algérie comme une menace potentielle non négligeable, malgré les distances qui séparent les deux pays. L’Algérie a fait sienne la question palestinienne et cela date des années 1970 parce qu’elle était le premier pays du continent africain, après le Kenya en 1963, à avoir conquis son indépendance les armes à la main », explique Jacques Benillouche.

Ce dernier assure également que l’entité sioniste voit d’un très mauvais oeil le rapprochement de l’Algérie avec l’Iran, l’ennemi intime d’Israël.  « En dépit de l’éloignement, Jérusalem a mis l’Algérie sur la liste de ses ennemis potentiels. Le duo néfaste Iran-Algérie pourrait conduire à des aventures incontrôlées et à des ingérences politiques dangereuses », décrypte l’expert israélien.  « L’Algérie, qui prétend qu’Israël espionne les bases militaires algériennes via son satellite Éros B, est devenue un État redouté et même une cible en raison de son armée forte, de ses ressources minières et pétrolières et surtout d’une politique extérieure non alignée. Par ailleurs, Israël met en garde les Occidentaux sur sa diaspora française représentant un pouvoir de nuisance, sur un peuple antisioniste et sur une armée bien équipée », conclut en dernier Jacques Benillouche qui fournit des éléments factuels lesquels ne manqueront certainement pas de susciter un vif débat sur les dessus de la politique secrète israélienne en Afrique du Nord.