La Fédération algérienne de football (FAF) compte sévir à l’encontre des chaînes de télévision privées qui diffusent des séquences des matchs de l’équipe nationale. L’instance fédérale avertit l’ensemble des médias qui s’aventureraient à prendre «illégalement» des images du prochain match des Verts contre le Cameroun, prévu le 9 octobre prochain au stade de Blida pour le compte de la première journée des éliminatoires du  mondial 2018.

Pour la FAF, il est question de l’avenir de l’équipe nationale puisque la Confédération africaine de football (CAF) et la FIFA prévoient dans leurs règlements des sanctions allant jusqu’à l’élimination d’une sélection lorsqu’il s’agit du «piratage» des images. Les détenteurs des droits – beIN Sport pour ce qui est de la région nord-africaine – dépensent beaucoup d’argent et il n’est pas question pour qui que ce soit de prendre des images gratuitement. «La FIFA, la FAF et les détenteurs de droit de retransmission des rencontres de l’équipe nationale ont constaté avec regret que des images d’avant le coup d’envoi, des coulisses des matchs et de fin de matchs sont filmées clandestinement et diffusées illégalement par des télévisions privées algériennes. Des photographes de la presse écrite accrédités en tant que tels, profitent de leur présence sur la main courante ou dans les tribunes pour prendre des images interdites de diffusion. La diffusion des matchs  et des highlights de l’équipe nationale est non seulement strictement interdite, mais peut entraîner de très graves sanctions à l’encontre de notre fédération et même disqualifier notre équipe nationale des compétitions internationales et notamment la CAN et la Coupe du monde», indique la FAF dans un communiqué, avant d’ajouter : «Pour toutes ces raisons, la FAF exhorte les médias appelés à couvrir la rencontre Algérie – Cameroun à faire preuve de bon sens et de responsabilité pour éviter à l’équipe nationale algérienne et à la fédération de lourdes sanctions financières et sportives qui risquent de compromettre nos chances de qualification à la Coupe du monde-2018».

L’instance que préside Mohamed Raouraoua menace carrément ces médias de poursuites judiciaires. «La FAF et les détenteurs de droits se réservent le droit d’ester en justice les médias réfractaires et de déposer des plaintes auprès des administrations de gestion des satellites et de diffusion». «Un monitoring est d’ores et déjà mis en place pour détecter toute diffusion frauduleuse de tout ou partie des matchs de l’équipe nationale», conclut la FAF.

Elyas Nour

Notez cet article