Non, Farès Sellal ne fait pas des affaires louches en profitant de la position de son père, Abdelmalek Sellal, le Premier ministre. C’est du moins ce qu’assure l’entourage du chef de exécutif qui dément l‘implication de Farès Sellal dans le contrat conclu entre la SEAAL et IVAL, le concessionnaire représentant l’italien IVECO en Algérie. 

« Farès Sellal ne travaille plus dans le secteur automobile depuis 2015. Il ne s’est pas associé avec les hommes d’affaires Ahmed Mazouz et Mohamed Baïri. Il s’occupait uniquement de la marque Mazda. Aujourd’hui, il ne fait plus de business dans le secteur automobile », assure une source très proche d’Abdelmalek Sellal dans une déclaration à Algérie-Focus. D’après la même source, le Premier ministre ne s’est pas ingéré dans ce marché juteux, qui se chiffre à plus de 10 millions d’euros. En effet, selon le média français Mondafrique, de nombreux camions hydrocureurs ont été commandés récemment par la SEAAL à IVAL, le concessionnaire avec lequel travaillait Farès Sellal. Ce dernier est soupçonné d’avoir recouru à la position privilégiée de son père pour obtenir ce marché à ses amis businessmans Mohamed Baïri et Ahmed Mazouz. « C’est un pur mensonge », réagit enfin notre source selon laquelle le fils d’Abdelmalek Sellal ne trempe guère dans « des affaires douteuses ».