Les barons de la friperie, notamment ceux de Tebessa, haut-lieu de ce business juteux en Algérie, se sont manifestés pour faire pression sur le gouvernement afin d’annuler le gel de leur activité prononcé en 2009. Conscients des potentialités de se secteur, surtout en ces temps de crise, ils comptent peser de tout leur poids pour faire amender la disposition suspendant leur activité.

Réagissant à l’annonce faite par le ministre du Commerce concernant le possible de reprise de l‘importation des voitures d’occasion, les barons de la friperie réclament une reprise immédiate de leur activité. S’exprimant sur le sujet, un des importateurs de fripe de la wilaya de Tebessa a tenté de mettre en exergue un certain nombre de paradoxes concernant la suspension des activités dans le secteur.

Pour lui, la décision de suspendre l’activité qui a pris forme dans une disposition de la loi de finances 2009 n’a nullement contribué à la protection du secteur public du textile. Selon lui, l’État a consacré des milliards pour soutenir un  secteur en faillite qui n’a en fin de compte pas pu se relever.

Cet opérateur a également expliqué que la suspension de cette activité a ouvert la porte aux réseaux de contrebande de fripe qui déversent quotidiennement plus de pelotes de 100 kg sur le territoire national. Selon lui, un retour réglementé de cette activité générera de l’emploi et mettra fin aux pratiques illicites dans le domaine.

 Massi M.