Le tribunal de Chéraga (Alger) a prononcé, hier mardi, sa sentence contre Djaâfar Chali, le PDG de la chaîne El Watan TV, fermée en 2014 pour apologie du terrorisme, atteinte au président de la République et tournage sans autorisation préalable.   

La justice a rendu son verdict, hier mardi 20 septembre, dans l’affaire de la chaîne privée El Watan TV. Le PDG de ce média, Djaâfar Chali, doit, selon le site Alarabiya.net, s’acquitter de plus de dix millions de dinars en guise de dédommagement aux préjudices causés par la diffusion, en 2014, d’une émission qui avait pour invité l’ex-émir de l’Armée islamique du salut AIS bras armé du Front islamique du salut FIS dissous Madani Mezrag ayant tenu des propos menaçant envers le président de la République.

Rappelons que Madani Mezrag s’était exprimé avec un ton menaçant dans un entretien diffusé le 4 octobre 2014, en s’adressant au président Abdelaziz Bouteflika: «Le Président est dans un état qui ne lui permet pas de prendre des décisions.  Il s’était déjà trompé sur notre compte en 2009 dans un discours à Oran. Notre réponse a été très forte et aujourd’hui le Président refait la même chose. Quelle que soit la partie ou le conseiller qui est derrière, il nous oblige de lui répondre avec virulence. On va lui rappeler notre réponse de 2009, et s’il ne revoie pas sa position, il va entendre de moi ce qu’il n’a jamais entendu auparavant».

Massi M. 

 

Notez cet article