L’ex-ministre du Tourisme et actuel sénateur, Amar Ghoul, est intervenu publiquement, hier mercredi, lors d’une réunion du bureau politique de son parti, Taj, pour se justifier à propos des accusations portées à son encontre par l’actuel ministre du Tourisme, Abdelouahab Nouri. Mis en cause dans l’affaire de détournement  de quelque 65 ha de terrain du Parc des grands vents (Dounia parc), Amar Ghoul dit ne pas être concerné.     

Tout en étant très évasif sur le rôle qu’il a joué dans cette affaire du temps où il occupait le poste de ministre du Tourisme, M. Ghoul a été catégorique: «Il n’y a pas de scandale Dounia Parc», balayant d’un revers de la main les accusations portées contre lui.

Pour se protéger, M. Ghoul a cité les propos tenus, dimanche, par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors de son passage sur le plateau de la chaîne de télévision Ennahar et au cours duquel il s’était montré prudent en évoquant une simple erreur et non pas un scandale. «Il s’agit d’une erreur qui a été réparée», avait-il affirmé avant d’ajouter que «le caractère particulier du parc ne permet pas l’ouverture de commerces (fast-foods). Mais il s’agit d’une erreur qui a été réparée», avait-il conclu.

Pour Amar Ghoul, cette «erreur» qui a engagé 65 ha faisant partie du Parc Dounia a été commise par la société  de gestion  de cet espace. «Je ne suis pas concerné par cette affaire. Je ne l’ai jamais été d’ailleurs», a ajouté l’actuel sénateur qui semble s’en être sorti sans dommages.

 Massi M.

Notez cet article