Censé être un moment de spiritualité, l’Aïd El Adha est perverti par des pratiques aux antipodes du message coranique. L’anarchie et l’insalubrité sont devenus les maître-mot de cette fête religieuse. Ces deux vidéos témoignent de ce désolant état de fait.

La scène se déroule, lundi, premier jour de l’Aïd, à Ouled Mendil, Birtouta (Alger). Plus de 100 bovins ont été sacrifiés ce jour-là dans des conditions qui suscitent la répulsion. Des enfants dont l’âge ne dépasse pas les dix ans assistent à ce qui s’apparente à un véritable massacre.

Aucune norme d’hygiène n’est respectée. Les bêtes sacrifiées ont été piétinées par une foule nombreuse qui semble être venue pour dans le seul but de se délecter du spectacle de sang. En plus de l’insalubrité, le propriétaire du bétail, qui est aussi le propriétaire de cet «abattoir» improvisé, ne s’est pas conformé aux engagements pris à l’endroit de ses clients.

« Ce qui est rageant, c’est que l’État est totalement absent. On est obligé de se taire et de capituler devant le diktat de toutes sortes de barons, même ceux du bétail», affirme estomaqué un citoyen venu de Bainem (Alger).

https://www.youtube.com/watch?v=Hnwdnu0mvw0&feature=youtu.be

https://www.youtube.com/watch?v=Hnwdnu0mvw0&feature=youtu.be

Massi M.

Notez cet article