C’est une information qui fait froid dans le dos. Lundi, lors d’une conférence animée à Alger par Nedjadi Messeguem, inspecteur général au ministère de l’Education, et d’autres cadres de ce département ministériel en proie à une violente polémique ces jours-ci en raison de plusieurs dysfonctionnements, il a été révélé que le phénomène des erreurs dans les manuels scolaires datent de plusieurs années en Algérie.

Ces erreurs ne distinguent guère la ministre Nouria Benghabrit de ses prédécesseurs. Au contraire, à l’époque du célèbre Boubekeur Benbouzid, qui a dirigé le ministère de l’Education nationale de 1997 jusqu’à 2012, soit le ministre le plus accro au pouvoir depuis l’indépendance de l’Algérie, les erreurs dans les manuels scolaires constituaient un phénomène de mode ! Preuve en est, dans un seul manuel scolaire, celui de la deuxième année secondaire, plus de 700 erreurs ont été relevées d’un seul coup. Et à l’époque, personne n’a osé formuler la moindre réclamation. Dans cette vidéo, ce cadre du ministère de l’Education explique ce chapitre méconnu, et sombre, de l’histoire de notre école :