Sabah Boudris, une jeune enseignante dans une école primaire de Barika, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Batna, est au coeur d’une vive polémique en Algérie. Cette jeune femme, portant un hidjab noir sur la tête,  a diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux où elle montre aux internautes comment elle enseigne l’arabe à ses élèves. 

« Quelle est la langue du paradis? »:  l’arabe. « Quelle est la meilleure langue du monde ?  » : l’arabe. Ce passage de la vidéo de Sabah a suscité de nombreuses réactions et beaucoup de commentateurs ont dénoncé un « endoctrinement » dangereux de nos écoliers de la part d’une enseignante qui confond l’idéologie avec la pédagogie. Ceci dit, la méthode interactive de Sabah lui a valu aussi de nombreux admirateurs et défenseurs. La polémique a enflé sur internet et le ministère de l’Education a fini par réagir en promettant une enquête sur cette enseignante qui a défrayé la chronique.

https://www.youtube.com/watch?v=BBZf4X7xIu8

Sabah Boudris n’est pas restée silencieux face aux critiques de ses détracteurs. Dans une déclaration à Ennahar TV, elle explique que ses intentions sont nobles et se défend contre toute accusation d’endoctrinement. « Mon message est noble, loin de toutes les interprétations qui ont été faites », a-t-elle assuré. « Ma méthode de travail se vaut efficace et satisfait les parent. D’ailleurs, l’année dernière on avait des projets qui ont permis aux élèves de se distinguer », rassure-t-elle encore en reconnaissant que « ma seule erreur que j’ai peut-être commise c’est de me filmer en classe ».

Si certains internautes ont exprimé leur solidarité avec Sabah, d’autres ont mis en garde contre un « endoctrinement qui porte atteinte à la tolérance et au vivre-ensemble et qui pousse les élèves à rejeter les autres langues et matières d’enseignement ». Pour l’heure, le ministère de l’Education n’a pas encore fait connaître la position qu’il compte adopter dans cette affaire.