Le jeudi soir, à 22 H, le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, entame une visite surprise aux urgences du  plus grand hôpital du pays, le CHU Mustapha Pacha d’Alger.Choqué et bouleversé, le ministre découvre un service entièrement livré à l’anarchie. 

Les patients sont abandonnés à leur détresse. « La salle d’attente est pleine. Dans le couloir, un monsieur debout portait sa fille ensanglantée dans les bras. Blessée au visage, elle ne bénéficie d’aucune prise en charge », raconte le compte-rendu de la Radio Chaîne III. Abdelmalek Boudiaf découvre en direct la réalité des hôpitaux de son secteur. Il constate de visu  de Manque de personnels médical et paramédical, manque de consommables, et le pire, l’absentéisme des médecins !

Le médecin de garde s’est absenté en prenant avec lui les clés du bloc où sont stockés les instruments médicaux. Le responsable des urgences, le professeur Cherchour, reconnaît des défaillances terrifiantes qui menacent la santé du citoyen. Le ministre clame sa colère et révoque, sur le champ, ce médecin absentéiste. Abdelmalek Boudiaf reconnaît le laisser-aller qui plonge nos hôpitaux dans la décadence. Le ministre promet de limoger tous les responsables de cette situation catastrophique. Et pourtant, il y a de cela quelques semaines, lors d’une déclaration à la presse, le même ministre a laissé entendre que nos hôpitaux sont « nettement mieux équipés et mieux performants » que ceux de certains pays européens. Cette visite surprise nocturne lui apporte un cinglant démenti.

https://www.youtube.com/watch?v=I6KGXOv-p2g