Une nouvelle fois, le premier ministre, Abdelmalek Sellal a apporté un soutien franc à la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit. Il a défendu, dans une réponse adressée au député islamiste Hacen Aribi, les réformes contenues dans les programmes de deuxième génération.

Dans la réponse, que le parlementaire de Souk-Ahras, tombé dans les bras de Djaballah après un passage au sein du FIS-dissout, a publiée sur sa page Facebook, le premier ministre dément toute implication de compétence ou expert étrangers dans l’élaboration des programmes de deuxième génération. « Les concepteurs des nouveaux programmes, en l’occurrence les membres de la Commission nationale, n’étaient pas associés aux rencontres qui ont eu lieu avec les experts étrangers », écrit Abdelmalek Sellal qui ajoutera que « l’élaboration des livres de deuxième génération a été faite dans la transparence avec de surcroît une large concertation et une implication des compétences nationales ».

Plus que cela, le Premier Ministre demande d’éloigner l’école des considérations idéologiques et de « traiter » le sujet dans son volet « purement scientifique » et « pédagogique ».

C’est la troisième fois que Abdelmalek Sellal apporte son soutien, depuis l’été, à la ministre de l’Education nationale. La première fois c’était lors d’un déplacement à Saïda. La seconde fois, c’était lors d’une réponse adressée à un autre député islamiste, Fateh Rebaï.

Essaïd Wakli