Le match Libye-Tunisie, comptant pour la deuxième journée des éliminatoires du Mondial 2018, ne se jouera pas au stade Zabana d’Oran. Ce dernier n’est pas conforme au cahier de charges établi par la Fifa, selon des médias tunisiens.

La fédération libyenne, qui avait opté pour cette enceinte se trouve ainsi dans l’obligation de chercher un autre stade en Algérie. Selon toute vraisemblance, le stade Tchaker de Blida, ou carrément le 5 Juillet  d’Alger se présentent comme des alternatives crédibles.

Il faut rappeler qu’a défaut de pouvoir accueillir ses adversaires chez elle, en raison de la situation sécuritaire qui y prévaut, la Libye doit à chaque fois chercher un stade pour disputer ses matchs. Si habituellement les pays choisis sont la Tunisie et l’Egypte, cette fois-ci, pour la réception de l’équipe tunisienne, les responsables du football libyen ont jeté leur dévolu sur l’Algérie.

C’est après concertation avec le premier responsable de la Fédération algérienne de football (FAF) que l’idée de jouer au stade Zabana d’Oran est née. Les tunisiens ont contesté ce choix sous prétexte que le stade en question est dégradé, notamment sa pelouse synthétique. La fédération tunisienne a aussitôt transmis une requête à la FIFA. Dans un premier temps, il était question que l’instance internationale envoie des spécialistes pour vérifier sur place l’état du stade.

La direction de la jeunesse et des sports (DJS) d’Oran affirme, pour sa part, que le stade est bel et bien prêt pour abriter cette rencontre. Selon ses responsables, il y a anguille sous roche. Mais sans donner plus de détails.

En tout cas, si la FIFA officialise le rejet du stade d’Oran, cela représenterait un coup dur pour cette ville qui a obtenu, au début de l’année, l’organisation des Jeux méditerranéens de 2021. Ça sera un coup dur pour l’Algérie, d’une manière générale, qui affirme à chaque fois qu’elle est prête pour accueillir une CAN.

Elyas Nour