Les travailleurs du tramway d’Alger, en grève depuis mardi dernier, ne veulent toujours pas reprendre le travail. La Société d’exploitation des tramways (SETRAM) a décidé de faire appel à leurs collègues d’Oran et de Constantine afin d’assurer un service minimum.

«Pour ne pas pénaliser les usagers des conséquences de l’arrêt de travail illégal des conducteurs de tramway d’Alger, un service minimum sera assuré les jours de semaine de 6h30 jusqu’à 21h00», a indiqué la Setram dans un communiqué. A ces employés d’Oran de et Constantine s’ajouteront ceux d’Alger qui n’avaient pas observés la grève.

Cette décision n’est évidemment pas du goût des grévistes. «Ces conducteurs venus prendre en charge l’exploitation du réseau d’Alger pour diminuer l’impact sur les usagers de cette grève illégale, sont eux-mêmes harcelés par les grévistes, les accusant de ne pas être habilités à conduire le tramway», indique par ailleurs la Setram.

Rappelons que les travailleurs grévistes réclament une hausse des salaires par la révision de leur grille ainsi que le reclassement des travailleurs. Ils revendiquent également la garantie de leur propre transport.

De son côté, la Setram signale, dans le même communiqué, que «la convention collective en cours de négociation, viendra prochainement parachever le statut du travailleur de par ses droits et ses obligations, ses acquis et ses devoirs, ainsi que toutes les questions liées aux salaires».

Elyas Nour