La crise financière continuera de faire des dégâts en Algérie. Cette fois-ci, c’est au tour de l’Agence Nationale de Soutien àl’Emploi des Jeunes (ANSEJ) de restreindre strictement ses champs d’activités. Pas moins de 64 activités ont été gelées par l’ANSEJ. Des secteurs où les jeunes promoteurs algériens ne peuvent plus souscrire aux micro-crédits de l’ANSEJ. 

C’est une mauvaise, très mauvaise nouvelle pour les jeunes chômeurs algériens. Ces derniers ne peuvent plus compter sur l’ANSEJ pour financer leurs projets professionnels. Et pour cause, l’ANSEJ n’accordera plus de crédits pour des projets entrant dans le cadre de 64 activités ! Cette situation inédite signifie indirectement que les activités de l’ANSEJ se retrouvent paralysie. Transport de voyageurs, transformations de plastique, Hammam, coiffeur, plombier ambulant, mécanicien, Boulangerie et agence de Publicité, etc., toutes ces activités et bien d’autres encore ont été stoppées et les dossiers des jeunes promoteurs en quête de financement seront rejetés.

L’élaboration de cette nouvelle liste est liée à la situation financière de l’Algérie où les banques et l’Etat manquent cruellement de ressources financières.  C’est donc le temps des vaches maigres. A l’heure des réductions drastiques des budgets, la création d’entreprises et des emplois en prend un sérieux coup d’arrêt. Et ce n’est guère de bon augure pour l’économie nationale.