L’entraîneur belge, Marc Wilmots, ne coachera pas l’équipe nationale algérienne. Les deux parties ont apparemment «buté sur un différend d’ordre financier», apprend-on auprès de la Fédération algérienne de football (FAF).

Selon des informations ayant circulé ces derniers jours, l’ancien sélectionneur de la Belgique aurait réclamé pas moins de 100 000 euros par mois, un salaire que la FAF n’est pas prête à débourser. La fédération a, selon diverses sources, proposé une mensualité de 65 000 euros, soit l’équivalent du salaire que percevais le Belge avec les «Diables Rouges».

L’Algérie est sans sélectionneur depuis le début du mois, suite au départ du Serbe, Milovan Rajevac, qui a démissionné moins de trois mois après son arrivée à la tête des Verts, après la contre-performance de l’équipe nationale, à Blida, le 9 octobre, face au Cameroun (1 – 1), pour le compte de la première journée des éliminatoires du Mondial 2018. Plusieurs noms ont été cités pour le remplacer. En plus de Wilmots, il y a également le Français Rolland Courbis. Certains parlent aussi de l’international algérien, Djamel Belmadi, qui exerce au Qatar.

En tout cas, le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, est appelé à trouver un sélectionneur dans les plus brefs délais. Le match face au Nigeria, prévu le 12 novembre, approche à grands pas, et les Verts n’ont pas intérêt à aligner deux mauvaises performances de suite. Un faux pas lors de cette 2e journée des éliminatoires, éjecterait les Verts de la course pour la qualification au Mondial.

Elyas Nour