Général Toufik, les officiers français et évènements Ghardaïa/ Ouyahia dément Saadani

0
568

Pour sa seconde sortie médiatique d’après la rentrée sociale, Ahmed Ouyahia s’est laissé emporter par l’ouragan Saâdani.

Le secrétaire général du RND, qui a animé samedi une conférence de presse, a tenté de répondre aux accusations du secrétaire général du FLN sans le citer. Pour le directeur de cabinet de la présidence de la République, s’en prendre au chef du DRS, s’est s’attaqué aux autres membres des services secrets.

“Il ne faut pas omettre que derrière l’homme, il y avait des milliers d’officiers et de djounoud qui font partie de l’armée “, a-t-il indiqué tout en rappelant qu’il n’est pas « d’accord » avec les déclarations du secrétaire général du FLN. Plus que cela, le chef du RND défend le rôle joué par les DAF (Déserteurs de l’armée française, mis en cause par Saadani).  “Bouteflika fut un officier de l’Armée de libération nationale. Ministre des Affaires étrangères, il a collaboré avec d’anciens officiers de la France. Et c’est avec ces officiers que feu Houari Boumédiène avait bâti une armée forte », a indiqué le responsable du RND. Il affichera même une sympathie envers l’ancien secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, lui-même attaqué par l’actuel chef du FLN. Plus que cela, Ahmed Ouyahia a rappelé que « c’était l’armée » qui avait rétabli l’ordre à Ghardaïa. Une autre flèche en direction de Amar Saadani qui a affirmé que les événements qui ont endeuillé cette région en 2015 étaient “l’œuvre du général Toufik”.

Autre sujet polémique : les liens qu’entretient Ahmed Ouyahia avec le patron du FCE, Ali Haddad. “Je n’ai pas honte de dire que Haddad est un ami. J’étais, d’ailleurs, parmi les personnes qui l’ont encouragé à se présenter à la présidence du FCE”, avance-t-il. Mais il nie toute alliance avec le patron des patrons. “S’allier contre qui ?”, s’est-il interrogé.

Contrairement à Amar Saadani qui a insinué qu’il y aura probablement un remaniement ministériel, Ahmed Ouyahia indique qu’il « ne pense pas » que le chef de l’Etat va vers cette option « avant les élections législatives » d’avril prochain. Concernant les questions internes, Ouyahia a indiqué que les listes de son parti pour les Législatives « seront confectionnées à la base » par les militants.

Essaïd Wakli