Trois satellites algériens (Alsat-1B, Alsat-2B et Alsat-1N), ont été lancés avec succès depuis l’Inde. L’Agence spatiale algérienne (ASAL) a fait savoir que ces satellites peuvent fournir des images satellitaires nettement supérieures à celles proposées par des satellites français.

 

Outre les objectifs relatifs à la promotion de la souveraineté nationale par le biais de la maîtrise de la technologie spéciale, Azzedine Oussedik, le DG de l’ASAL, a indiqué que « les produits de l’Agence spatiale sont commercialisables dans tous les pays du monde, notamment à des pays voisins tels que la Tunisie et le Niger ».

A cet effet, le même responsable a expliqué que son département a initié un plan de commercialisation de cette technologie avec la Maurétanie, la Tunisie, le Sénégal, le Niger et le Tchad. Le responsable a même assuré que les produits d’Alsat2A « étaient de même, et parfois de meilleure, qualité notamment en ce qui concerne l’image, que ceux du satellite français Spot6 ».

Oussedik a également révélé que son département envisageait de créer une filiale commerciale afin assurer de façon «indépendante et autonome» des prestations. Des mécanismes de liaison seront également mis en place afin de garantir des prestations spécifiques aux départements ministériels utilisateurs de ses  produits spatiaux. Pour le conférencier, ces systèmes spatiaux ont pour vocation de répondre à des besoins de développement, de prévention de gestion des catastrophes et du renforcement de la souveraineté nationale.

 

Massi M.