Le ministère de l’Industrie et des mines continue d’annoncer des amendements ou l’élaboration de nouveaux textes allant dans le sens de l’encouragement de l’investissement dans l’industrie nationale.

Le premier responsable de ce département, Abdeslam  Bouchouareb, a annoncé, vendredi, à l’occasion de l’université d’été du Forum des chefs d’entreprise (FCE), que «l’ingénierie du système de montage CKD/SKD sera prochainement revue». Il est question de définir avec plus de précisions ce qu’est un produit national. Le CKD, «Complete Knock Down», est «un ensemble (lot) des pièces détachées nécessaires pour assembler complètement un véhicule».

Des constructeurs automobiles envoient toutes les pièces nécessaires pour un véhicule, dans un pays étranger, afin que le montage se fasse sur place. Ils bénéficient ainsi des avantages offerts dans le cadre de l’investissement étranger même si concrètement il y a un très faible taux d’intégration. Dans le SKD, il s’agit d’un produit «semi fini». Dans tous les cas de figure, les prochains textes concerneront les investissements étrangers et les taux d’intégration de leur projet en Algérie. «L’idée principale consistera à conditionner l’accès aux avantages par l’engagement à plus d’intégration locale», a déclaré, d’ailleurs, le Ministre à ce propos.

Ce dernier a affirmé également qu’une loi va être élaborée prochainement «pour régir les Partenariats publics-privés». Abdeslam  Bouchouareb promet que l’ensemble des textes d’application des nouvelles lois relatives à l’investissement seront prêts avant la fin de l’année. Selon lui, «à l’entame de 2017, l’Algérie va arriver à un cadre assaini, stable et attractif».

Elyas Nour