Abdelaziz Bouteflika, un candidat idéal au prix Nobel de la Paix ? Pour les auteurs algériens d’une pétition lancée récemment en ligne, la réponse est oui. Depuis plusieurs jours, un véritable lobbying médiatique est exercé sur le web par de nombreux acteurs, réputés pour être proches de l’entourage du Président de la République, dans le  but de gagner l’adhésion populaire autour de cette « cause ».

Pour l’heure, seulement 5144 personnes ont signé cette pétition qui circule, pourtant, massivement sur les réseaux sociaux.  C’est dire que cette « cause » ne convainc pas grande monde en Algérie. Et pourtant, les initiateurs de cette pétition signe et persiste : « L’œuvre immense d’Abdelaziz Bouteflika, placé dans la destinée de l’Algérie mérite une reconnaissance éternelle car il fut le précurseur des politiques de dé-radicalisation contre l’extrémisme religieux meurtrier ».  Abdelaziz Bouteflika, sauveur de l’Algérie et exportateur de la paix vers les autres pays, mérite selon les initiateurs de cette pétition « une reconnaissance mondiale par l’attribution du prix Nobel de la paix à ce grand homme serait un exemple pour toute l’humanité qui vit hélas la haine et le déchirement ».

« La jeunesse de ce pays attend ce signal d’espoir, cette noble cause nous interpelle », expliquent les auteurs de cette pétition qui sera remise à la fondation Nobel. Il faut savoir que le Prix Nobel de la paix récompense chaque année « la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix », selon les volontés, définies par testament, d’Alfred Nobel. Cela comprend la lutte pour la paix, les droits de l’homme, l’aide humanitaire, la liberté. Les lauréats du prix Nobel de la paix sont choisis par un comité nommé par le parlement norvégien.

Chaque année, sur plusieurs centaines de propositions, 199 sont gardées avant qu’une série préalable de candidatures ne soit soumise aux jurés du prix qui établissent au printemps une liste finale de cinq noms ou groupe de noms et structures liés par une même action diplomatique. Et il demeure, jusqu’à aujourd’hui, peu probable que le nom d’Abdelaziz Bouteflika soit retenu par le jury car les critères de sélection sont vraiment très dures.