Le sud de l’Algérie est le plus touché par la cherté de la vie. Et les statistiques du ministère du Commerce le prouvent amplement. 

Ces chiffres prouvent qu’il y a une grande différence entre certains régions du pays notamment entre le Nord et le Sud. A titre d’exemple, le prix de la pomme de terre était au moment de l’enquête du ministère du Commerce (août), à 38 DA le kg dans la région de Blida contre 56 DA à Ouargla. Même chose pour les haricots verts qui coûtent 110 DA/kg à Blida contre 142 DA à Bechar et Ouargla, la carotte se vendait à 57 DA à Sétif contre 78 DA à Ouargla, l’oignon à 27 DA/kg à Blida contre 51 DA  à Ouargla, le concentré de tomate vendu à 160 DA à Oran contre 215 DA à  Ouargla, et finalement le thé cédé à 390 DA/kg à Annaba contre 813 DA à Ouargla. Ces données démontrent que les habitants du Sud du pays subissent le diktat des distributeurs alors que normalement l’Etat prend en charge les frais de transport des produits alimentaires vers le Sud du pays.

Elyas Nour