Daech a échoué en Algérie. Cette entité terroriste n’a pas réussi à recruter dans notre pays. Elle n’a pas réussi à manipuler nos jeunes pour les enrôler dans ces guerres malsaines et criminelles. C’est du moins ce que constate  Irin (acronyme de l’anglais: Integrated regional information networks) dans une analyse publiée jeudi. 

D’après ce réseau mondial d’informations, spécialisé dans la couverture des crises humanitaires, “le groupe terroriste autoproclamé “Etat islamique” (Daech/EI) est en train de recruter des membres dans le monde entier”.  “Un seul pays musulman (l’Algérie) se démarque”, affirme cette analyse laquelle relève “qu’en dépit de sa proximité des régions touchées par l’extrémisme et ayant connu un passé mouvementé de militantisme, l’Algérie compte moins de recrues comparés à plusieurs autres pays, y compris ses voisins la Tunisie et le Maroc”.

S’appuyant sur des chiffres publiés début septembre par The Soufan Group, une entreprise américaine, basée à New York qui fournit des services en matière de sécurité et de renseignement aux gouvernements, Irin indique  que la Tunisie compte entre 6.000 et 7.000 terroristes recrutés  par des groupes extrémistes essentiellement par Daech. Selon les mêmes estimations établies jusqu’à décembre 2015, le Maroc compte entre 1.200 et 1.500 recrues. En Algérie leur nombre est largement inférieur, se situant autour de 200 recrues. Un chiffre dérisoire qui illustre parfaitement la  résistance algérienne contre la propagande djihadiste de Daech.