Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdeslam Chelghoum a révélé, dimanche, à Constantine, les résultats de l’enquête sur la putréfaction de la viande du mouton de l’aïd. Selon ses dires, c’est un surdosage de compléments alimentaires administrés aux bêtes qui a provoqué l’avarie.

Le ministre a précisé que les résultats des analyses effectuées dans les laboratoires de la gendarmerie nationale et ceux des services vétérinaires appartenant au ministère de l’Agriculture attestent d’un surdosage de compléments alimentaires ajoutés aux fourrages.

Le premier responsable du secteur a tenu à expliquer que ce phénomène n’a aucune incidence sur la santé humaine. Par ailleurs, le ministre a souligné que les spéculateurs « n’hésitent pas à utiliser des techniques d’engraissement douteuses » pour vendre au prix fort leur bétail.

Massi M.